Te souviens-tu mon frère ?

Marcel et moi

 Te souviens-tu Marcel, te souviens-tu mon frère ?

De notre école communale, au village d’à côté,

Il y a de cela, quelques soixante années en arrière,

Nous y allions tous en groupe et  toujours à pieds.

Nous cheminions gaiement sur le chemin,

Même quand l’hiver nous gerçait  les mains,

Traversait aussi nos bottes de caoutchouc,

Mordait nos lèvres et rougissait nos genoux !

Te souviens-tu, toi aussi,  toi mon frère

Quand nous passions près du vieux cimetière,

La peur, qui saisissait alors chacun de nous,

De voir des feux follets s’élever dans les airs,

Nous prenions tous, vite,  nos jambes à nos cous !

Mais ce dont je me souviens aujourd’hui encore,

C’est quand, dans cette classe où nous étions tous deux,

A âges différents, toi l’aîné, toi le grand, toi le fort,

Toi que j’admirais, et que j’admire encore,

T’en allais sur l’estrade, auprès de la maîtresse,

Et moi, craignant bien  fort que tu me laisses,

Te suivais pas à pas, et de peur que tu t’en ailles

Serrais très fort, de mes mains, ta blouse grise à la taille !

Un jour pourtant cette maîtresse, que mon manège agaçait,

Me promit gentiment, si je restais bien à ma place

De m’apporter le lendemain, à la fin de la classe,

Une gourmandise : un vrai rocher Suchard au lait !

Rester assise alors que tu te levais, devint un vrai supplice,

J’ai résisté, Marcel, même si te suivre était tentant

Mais, me tentait aussi très fort cette surprise,

Ce chocolat si bon, qu’encore dans ma bouche je sens.

Je m’en souviens, moi,  comme si c’était hier

Et, t’en souviens-tu encore, mon frère ?

Texte de Marina. N'hésitez pas à mettre un commentaire en bas du texte à gauche. Merci.