Aujourd'hui, voici l'histoire d'un hippopotame bleu de Côte d'Or, qui a bien failli être jeté à la poubelle et qui au dernier moment s'est vu attribuer une place dans le jardin, ici, à Cavalaire.

Cela fera une petite histoire pour Sarah.

L’hippopotame bleu

 hyppo bleu

 

Devinez qui à ma porte a frappé ce tantôt, 

Si étonnée que je fus, j’en oubliai mes mots. 

Vous ne trouverez pas,  

Et donnez votre langue au chat. 

Tout de bleu vêtu, avec des fleurs sur le dos, 

Venu tout droit de nulle part, c’était Monsieur Hyppo. 

Si vous ne me croyez pas, venez que je vous présente,

 Plus qu’une oreille sur la tête, et sur le dos une fente, 

Un trou pas plus gros qu’une pièce 

Qu’il voulait que je rapièce. 

Il m’a dit,  s’être battu pour arriver jusque là, 

Il a fait les yeux doux à son ancienne maîtresse,

 Supplié tant et plus qu’elle ne le mette en pièces 

Et fait une longue route qu’il ne connaissait pas. 

« Me voici à présent », me dit-il, « arraché à mes racines, 

Je vivais à l’abri, ne connaissant rien des saisons, 

Il me faudra désormais, au grillage faire attention 

Afin qu’il ne me déchire pas l’échine ». 

« Ton bleu » lui dis-je « à la couleur de la mer,

 J’y vois même tout dedans des vagues d’écume, 

Ta place est plus ici, je présume 

A l’abri de l’olivier dans son gros pot de terre ». 

Le voici donc installé, imposant et fier, 

Venez, si vous le voulez, lui rendre visite, 

Et glissez dans sa fente quelque menue monnaie, 

Je pense quant à moi, qu’il le mérite 

Il saura je vous assure vous en remercier.

Monsieur Hyppo            hyppo avec sa fente sur le dos

Ne riez pas, il méritait ce texte. 

Texte et photos de Marina. N'oubliez de mettre votre commentaire. En bas du texte, à gauche. Merci