La Mariée

sur son corset des rubans noirs, des rubans blancs

 

 Son corset

 

Serré, lacé,

 

De rubans noirs,

 

De rubans blancs,

 

Qui s’entrelacent,

 

Et s’entrecroisent,

 

Avec doigté

 

Avec talent.

 

Comme une aile,

 

Une bretelle

 

De dentelle,

 

Est maintenue

 

Sur son épaule,

 

Comme un symbole,

 

… Elle est émue !

la jupe courte dévoile ses jambes halées

 

Court vêtue

 

Sur le devant,

 

Elle dévoile

 

Timidement

 

Le hâle 

 

De ses jambes nues.

 

Sa longue traîne

 

Hollywoodienne

 

Robe de starlette

 

A la Scarlett

 

Faite de volants 

 

Superposés,

 

Frisonne au vent.

 

Se sont posés,

 

Sur son jupon,

 

Sans le froisser

 

Des papillons

 

En farandole ;

 

Qu’ils sont jolis

 

Qu’ils sont légers

 

Ces  Butterflies 

 

Blacks  parsemés.

 

Voilà que s’envolent

 

Dans le vent d’Août,

 

Les rubans blancs,

 

Les rubans fous,

 

Ses boucles brunes,

 

Glissent sur ses joues,

 

Comme des caresses

 

Comme des bisous,

 

Gare au rimmel !

 

Oui mais la belle

 

Vite, elle essuie

 

Dessous ses cils

 

Le noir ricil.

 

Comme Elle est belle,

 

Même le soleil

 

S’est invité ;

 

Ses invités

 

Se précipitent,

 

La félicitent,

 

Son cœur palpite 

 

C’est la Mariée.

Texte de Marina fait pour ma nièce. N'hésitez à mettre votre commentaire. Merci