Le cœur océan

 

J'ai le coeur océan

J’ai le cœur Océan, qui, au repos est d’huile,

Tout juste quelques rides à la surface de l’eau,

A peine un point là-bas, d’où il surgit une île,

Qui se perd à l’horizon, avalant un bateau.

Lorsque tombe la nuit, et que baigne la lune,

Je ressens la chaleur de ses reflets d’argents,

Je cours m’allonger, au pied d’une dune,

Et admire en silence, ce miroir scintillant.

Je m’éveille au matin, aux rayons du soleil,

Quand l’horizon rougit, et découvre l’écueil,

Qui durant la nuit,  s’était caché du marin,

Réapparaissant plus blanc, au petit matin.

J’ai le cœur qui se noie quand la mer se déchaîne,

Me sens plutôt l’âme méditerranéenne,

Je cherche en vain, un point d’ancrage,

Voire une simple bouée qui me mène au rivage.

Quand les vagues, m’entraînent, encore, et toujours plus loin,

Je sens que je perds pied, je n’ai pas le pied marin,

Je tombe et je m’enfonce, aux plus profonds des abysses,

Mon cœur se fond alors,  dans les Grands Fonds,

Va et se perd, aux dires de Platon,

Parcourir les ruines de l’Atlantis.

Lorsque la mer est calme, et mouille la crique

Mon cœur, quant à lui,  se sent plutôt pacifique,

Et monte en lui, une force à porter des bateaux,

A embrasser le ciel, quand il tombe dans l’eau.

Et quand il devient glacier, transparent, magnifique,

Iceberg flottant, aux confins du Groenland,

J’ai l’âme alors, d’un explorateur conquérant,

Et mon cœur devient Antartique.

Quand il s’étend sur l’Atlantique, en mode méridien,

J’ai alors le cœur, qui bat, façon indien,

Toujours prêt à danser toute la nuit,

J’ai le cœur, tous Océans réunis

FIN

      couleurs d'un soleil couchant

Texte de Marina. N'oubliez pas de mettre votre commentaire. Merci.