Une petite crique tranquille aux eaux turquoises ; une plage de sable fin entourée  de rochers, face aux îles du Levant, c’est la plage de Bonporteau à Cavalaire-Sur-Mer.

Et, sur la plage, un p’tit gars qui vend ses beignets, les deux mois d’été.

Qui l’a vu ? qui s’en rappelle ? qui a prêté attention à lui ? qui a vu le mal qu’il se donnait pour vendre ces Mascottes ?

Le voici, je vous le fais connaître.

 

Le vendeur de « Mascottes »

 

Non ce n'est pas un indien

AVIS : Si vous voyez à Bonporteau

Une silhouette en haut du rocher,

Qui brandit très haut son drapeau,

Ne croyez pas y voir Géronimo,

Il s’agit du petit vendeur de beignets !

Il n’y a plus d’indiens dans le sillage,

Juste un petit vendeur de « Mascottes »,

Qui pousse devant lui sa charriotte,

Comme beaucoup d’autres sur les plages ;

Il s’est attifé de cheveux verts,

Faits de spaghettis  fluos,

Dans sa charrette, y a des glacières

Remplies de glaces et de mikos ;

Aux gamins accourus, il leur sert

Des beignets au Nutella, tout chauds,

Qu’ils vont dévorer près de leur mère,

S’en barbouillant au large, des babines au museau !

C’est un sacré énergumène, un drôle de zozo,

Qui a choisi pour son job d’été,

De vendre sur les plages des beignets,

En faisant le pitre, pour gagner son magot.

Il agite son drapeau

Le voilà reparti escalader le rocher, tout là-haut,

sautant tel un cabri et agitant son drapeau,

Le faisant tournoyer, avant de le planter,

Comme l’a fait avant lui, Amstrong, sur la lune ;

Il s’égosille à crier un slogan, qu’emporte le vent,

Sous l’œil des vacanciers, mi-amusés, mi-compatissants,

Et qui  s’échouera en bas, sur une vague d’écume.

Son spectacle terminé, il reviendra bien vite à son chariot,

Servir aux vacanciers, à leurs femmes et à leurs marmots,

Ces dites  « Mascottes » bien rondes et bien joufflues,

Qu’ils s’empiffreront tels des goulus.

FIN

Texte de Marina. Photos de PB prises au Smartphone.