Une petite rétrospective de ces 30 années qui se sont écoulées de SON départ. J'avais fais ce texte pour la fête des pères, c'était SON courrier. Aujourd'hui, j'ai envie de vous le faire lire.  Un peu comme si j'envoyais ce courrier dans le Monde.

 

Polygone 15

 

C'est bientôt la fête des pères. Mais pour moi, c'est par cette lettre que je te la souhaiterai. Tu es parti, une fin juin, c'était un dimanche, il faisait beau. Je m'apprêtais à aller te voir, mais quand je suis arrivée c'était trop tard ! Trop tard ! Juste un « au revoir » de la veille ! Aujourd'hui, cela fait 30 ans ! 30 fêtes des père avec personne à qui la fêter. 30 fois que je t'écris. Non, je ne poste pas les courriers. Il n'y a pas d'adresse là où tu te trouves. Ah ! Si, tiens, en tout dernier pour le renouvellement de ta place, on m'a parlé de l'endroit où tu repose comme étant le Polygone 15. Oui, voilà, ton adresse donc : c'est Polygone 15. Si tu revenais papa, que penserais-tu de moi. As tu un seul jour de ta vie imaginé comment je serais 30 ans plus tard. La dernière fois que tu m'as vue, j'avais quoi ? Pas encore la quarantaine ! Pensais-tu que nous aurions un jour, chacun de nous trois, atteint ton âge ? Nous voyais tu par exemple, Marcel avec des cheveux blancs, Claudine la petite dernière, entourée de petits enfants, et moi pile poil dans l'âge qu'avait ma mère quand tu t'en es allé. T'arrivais-il de voir si loin ? Parfois je me demande. On voit ses enfants grandir, mais les imagine-t-on vieux un jour ? Je me demande d'ailleurs beaucoup de choses. Quel était le mal qui te rongeait ? Pourquoi étais-tu devenu aussi soucieux ? S'il t' était donné la possibilité de revenir parmi nous, quelques jours, quelques heures, voire quelques minutes, qu'est-ce que ce serait bien. On se dirait alors tout ce que l'on n'a pas su se dire. Comme je l'ai lu et relu ce bouquin de Marc Levy, me disant chaque fois « si cela pouvait arriver ». Parce que il y en a  des choses que l'on ne s'est pas dites ! On n'était pas des « bavards ». Il y a tant de choses que je n'ai pas su de toi, les seules que je sais s'éteindront petit à petit, car il n'y a pas eu de traces écrites. Qui se souviendra après nous. Qui dira un jour « j'avais un grand père, ou un arrière grand père qui a fait ceci ou cela », « j'avais dans ma famille quelqu'un qui a fait la guerre 39/45 », ou bien aussi « eh bien oui, mes yeux bleus je les ai hérités de mon aïeul et j'en suis fier !». Qui de toute cette progéniture nouvelle appellera un jour son rejeton Robert ou même Isidore ?

Tout ça pour dire qu'on approche de la fête des pères. La dernière qu'on t'ait souhaitée c'était en 1988. le 19 juin et peu de temps après tu nous quittais.

Après toi beaucoup nous ont quitté, Fernand, Denise, Berthe, André et Jacqueline. Reste Notre SUSSU. Ta petite soeur. Tu sais elle m'a beaucoup parlé de toi. C'est un peu ELLE qui m'a raconté tout ce que toi tu ne disais pas. Et tant mieux, je t'en aime que mieux de savoir ce que la vie t'a infligé.

Aujourd'hui je ne suis plus triste car je sais que ces 30 ans t'auraient quand même emporté. Comme le temps a passé Papa. Il y a eu la « chute du Mur » en novembre 1989. Ca tu en parlais et ça te tenait à cœur ! de l'autre côté du mur il y avait la sœur d'Eugène, Maria que tu ne voyais plus, la faute au mur !! On en est à 5 Présidents de la République, Mitterrand, Chirac, Sarkosy, Hollande et le petit cinquième, Macron.

On est passé au 21è Siècle. On a vu disparaître les « Francs », on parle, on compte, on paie en Euros. On discute désormais avec des amis dans le Monde entier grâce à Internet. On a tous des téléphones portables avec lesquels on s'écrit par phrases courtes, on prend des photos, on se laisse guider par GPS. On construit toujours de plus en plus haut, 828 m pour une Tour à Dubaï ! tu te rends compte. Il y a eu cet attentat du 11 septembre 2001 où 2 avions se sont scratchés sur les Tours Jumelles, tu sais celles où je suis montée en 88 ! 1998 quelque chose d'inoui, la France est devenue Champion du Monde en Foot ! On a enterré Johnny, puis récemment Yvette Horner : tu te souviens du Passage du Tour de France à Bièvres quand elle jouait de l'accordéon sur le toit d'une voiture ? On peut dire qu'on la vue hein !!

On parle de « réchauffement climatique » , la fonte de la banquise, les neiges du Kilimandjaro qui régressent, le Massif du Mont Blanc qui s'écroule. 30 ans de catastrophes naturelles, des tempêtes jamais vues jusqu'alors, des crues meurtrières, les sècheresses. Ils ont bétonné, déboisé, l'un empêche l'eau de s'infiltrer, l'autre ne retient pas les eaux qui débordent. Tu le savais toi qu'il ne fallait pas couper les haies, parce que les haies jouent un rôle important pour les crues. Le « Pur » derrière la maison à suffisamment sorti de son lit.

Les Hommes sont devenus fous, papa. Ils attaquent, ils tirent, ils tuent. Partout. Dans les concerts, sur les terrasses, dans les fêtes. On n'est tranquilles nulle part.

La science avance papa. L'objectif n'est plus la lune, mais Mars. On parle de médecine à distance, t'y crois ça ? Même plus besoins de te déplacer, il te suffira d'avoir un ordi !tu te rends compte qu' on fait des bébé in vitro, en dehors de l'utérus de la mère..et paf …. un bébé !!! c'est pas incroyable ça !. Si je te disais qu'on peut même faire de bébés toute seule !

Oui papa, la vie a bien changé, tout va vite, tout change. Tes enfants ont changé, ils ont vieilli, les reconnaitrais-tu ? Les années défilent. Il faut sans arrêt se mettre au goût du jour, aux nouvelles techniques, si on ne veux pas se laisser dépasser. Quoi que les jeunes sont plus doués que nous tu sais. Qu'en dis tu de ce petit film en accéléré ?

Pour la 30ème fois je te dis BONNE FETE.

FIN

Texte de Marina. Si vous avez aimé, n'oubliez pas votre petit commentaire. Merci.