On la dirait venue d'ailleurs .... tous ces enfants qui jouent sur la plage, ont-ils idée que certains n'ont jamais vu la mer. En rêvent.

 

 

sur la plage abandonnée

La petite fille qui n'avait jamais vu la mer

 Elle ne connait que sa ville, ses rues,

ses toits, ses boutiques, son tram, ses avenues,

ses places, ses kiosques, ses jets d'eau

où elle saute pieds nus quand il fait trop chaud ;

son école, ses copines, la cantine, la maitresse

l'église et le curé parce qu'on l'envoie à la messe,

le commerce du coin ouvert 7 jours sur sept,

où elle va parfois acheter des sucettes.

Elle rêve souvent que tout au bout de sa rue,

là où tout se perd, là où elle n'y voit plus,

il existe surement des immenses plages de rèves

où elle marcherait pieds nus quand le jour s'achève,

elle irait jusqu'au ciel en escaladant les dunes,

le sable y serait si blanc que s'y reflèterait la lune.

La mer elle ne la connait pas, elle ne la jamais vue,

elle ne connait de sa ville que ses jardins et ses rues,

un endroit minuscule où au fond d'un petit square

s'ébattent joyeusement des enfants dans une pataugeoire.

Chaque jour l'amène un peu plus loin dans sa rue,

mais elle ne voit rien qu'elle ne connaisse déjà,

mis à part un jour cette affiche dans le vieux cinéma

d'une plage lointaine aux filles aux seins nus.

Elle en est sure comme un et un font deux,

La mer, elle ira la chercher puisqu'elle ne vient pas à elle,

elle vient rarement d'ailleurs jusqu'aux enfants des banlieues !

et elle admirera l'horizon, là où la mer épouse le ciel.

Elle sent déjà l'eau sur ses pieds et le sel sur ses joues,

un petit vent du large s'amuse dans ses cheveux fous,

elle va rentrer chez elle par le même chemin

elle reviendra promis voir la mer demain.

FIN

Texte de Marina. Photo de Marina. N'oubliez pas votre commentaire. Merci.